mardi 5 mai 2015

"I'm Kurt Cobain" - Montage of Heck (Critique)


"À l'occasion d'une séance unique au cinéma Lundi 4 Mai 2015 à 20h, plongez dans l'intimité et l'esprit de Kurt Cobain comme jamais auparavant avec le documentaire événement COBAIN : MONTAGE OF HECK."


J'y suis allé et voici mon avis sur le "Montage du Diable" !


Mais avant tout, on va revenir brièvement sur la vie de Kurt pour que vous puissiez comprendre de quel type de personnage l'on parles !

Les Cinq personnes que j'évoques ici sont les 5 personnes qui ont accepté d'être interviewé durant ce documentaire, il me semblait donc important de notifier le lien qu'elles ont eu de près ou de loin avec Kurt.

KURT ET SA FAMILLE : le Début de la Fin


"Kurt Cobain naît le 20 Février 1967 à Aberdeen, dans l'état de Washington. Son père, Donald Cobain est mécanicien automobile et sa mère, Wendy Fradenburg, est serveuse et mère au foyer. Ses parents se sont mariés jeune et le désir de Wendy d'avoir un enfant fut assouvi avec la naissance de Kurt. Elle n'avait que 19 ans et Donald, 21 ans. Il a eu une petite soeur, Kim, nait 3 ans après lui."*

KURT ET KRIS (NIRVANA) : la Réponse


"C'est sa famille qui commença à lui offrir pour ses anniversaires des petits instruments comme une guitare ou une batterie. Il découvre la musique rock et essaie de reprendre certains morceaux d'AC/DC (Back in Black) ou des Cars (My Best Friend's Girl). Il travaille beaucoup, s'entraîne énormément et commence à écrire ses propres chansons. 

Il décide également de monter un groupe : il débute sa carrière musical en créant Fecal Matter avec Matt Lukin et Dale Crover (également Batteur des Melvins, groupe qui inspira beaucoup la culture musicale de Kurt tout comme Mudhoney). Mais c'est à la rencontre de Kris Novoselic, bassiste, qu'ils décident tout deux de créer leur groupe, "Nirvana"."*


KURT ET TRACY : About A Girl


"C'est à Olympia, une salle de musique où joue beaucoup à l'époque le Fecal Matter Band que Kurt rencontre Tracy Marander. Cela colle parfaitement entre eux et vu la situation qu'il a avec sa famille (ils se fait virer par chacun des membres de sa famille qui décident de l'héberger), à l'âge de 19 ans, il décide d'habiter ensemble. 

Au début, la cohabitation se passe relativement bien : Kurt bosse en tant que concierge et Tracy comme serveuse, mais quand Kurt perds son emploi, la situation commence légèrement à se dégrader. Cobain passes ses journées à regarder la télé, à peindre, à créer, à écrire et à composer et l'amour entre eux commence à s'faire la malle : ils décident de se séparer. Mais Tracy restera le premier amour de Kurt : "About a Girl" en est la preuve !"*

KURT ET COURTNEY : Mon Héroïne


"Kurt et Courtney se rencontrent à la fin d'un concert de Nirvana à Portland. Ils n'échangent que quelques mots, mais Courtney semble séduite. En apprenant de la part de Dave Grohl (Batteur de Nirvana) que l'attirance est réciproque : ils décident de se voir régulièrement dès l'automne 1991. Ce qui les rapproche : leurs consommations respectives de drogues et d'héroïne en particulier. 

Quand Courtney apprends qu'elle est enceinte de Kurt, elle décide d'arrêter la drogue, mais la tentation est trop dure. Elle continue dans cette voie et les médias l'a jugent constamment. C'est quelque chose qui l'a blesse énormément ainsi que Kurt qui, lors d'un de ses concerts, demande à son public de crier "Courtney, on t'aime !". Ils décident alors de se marier et c'est en Août 1992 que naît Frances (référence à Frances McKee des Vaselines) Bean ("Haricot", petit surnom dû à la forme qu'avait Frances lors des échographies de Courtney) Cobain

Beaucoup de gens comparent Courtney à Yoko Ono et Kurt, à John Lennon et la haine envers Courtney ne fait qu'amplifier malheureusement et cela continuera jusqu'après la mort de Kurt le 5 Avril 1994."*


Critique

Kurt Cobain : Montage of Heck ("Montage du Diable") est l'un des meilleurs documentaires et l'un des meilleurs biopics que j'ai vu, aussi bien sur Kurt que sur n'importe quel artiste.

Rock'n'Roll

La musique et les prises de vus sont magistrales. Certaines super crades pour donner volontairement un effet "Grungy" et d'autres tellement propres qu'on se serait cru à l'heure actuelle, avec nos qualités numériques. La musique offre ce côté punchy et certaines scènes inspirée de la vie quotidienne à l'époque permettent aux spectateurs de plus facilement comprendre le contexte de la vie de Kurt.

Brett Morgen s'est fortement inspiré du film "Pink Floyd the Wall" d'Alan Parker avec son association de scènes complètement WTF, aux scènes d'animations aussi bien des dessins de Kurt que d'Hisko Hulsing pour retranscrire certains moments de la vie de Cobain, des sons qui détonnent et qui claquent avec les dessins, les jeux de contrastes par rapport aux différentes pellicules, enfin bref, Rock !

Passionnant

En tant que grande fan de Nirvana depuis une bonne partie de mon adolescence (mon père m'ayant fait découvrir le Best-Of à l'époque), ce fut un vrai bonheur d'admirer Kurt sur un Grand Écran : son visage, ses expressions, sa voix, sa vie, son art. L'art de Kurt est omniprésent dans ce documentaire : qu'il soit sous forme de films, de dessins, de poèmes, de chansons, de compositions,... Ce film transpire la créativité.

Pour une fois, on ne parles pas des artistes qui ont inspiré Kurt, des groupes qu'il a découvert : on parles de lui, de sa propre création et de son immense passion pour l'art et le développement de celui-ci notamment dans la musique.

Intimiste

Je ne vais te mentir : vers la fin, j'ai baillé environ deux fois (c'est ça d'être assise sur un siège pendant deux heures), mais en relativisant les choses, je me suis quand même prise une grosse claque : "J'ai pris deux heures de ma vie pour observer près de 27 ans d'une existence incroyable, d'un artiste qui a inventé un nouveau style de musique : le Grunge".

J'ai adoré le fait que ce "film" n'ai aucun tabou : seins nus, drogue, moments intimes, familiaux, amoureux,... Aucun événement ne nous es mis de côté et même si, parfois, on a cette impression d'être une espèce de voyeur, on s'immisce rapidement dans cette intimité. Comme Brett Morgen le dit si bien dans l'interview à la fin : "J'ai eu l'impression, en découvrant toutes ses cassettes, touts ses journaux et peintures de connaître mieux Kurt que je ne connais certains de mes ami(e)s".

Certains instants nous rapprochent de Cobain, d'autres nous éloignent de l'image presque "idyllique" que l'on se faisait à l'époque de Kurt

Que les choses soient bonnes ou mauvaises, qu'elles soient plus ou moins bien traités, elles nous amènent toutes vers l'image du "Nirvana" que se faisait Kurt Cobain de sa propre vie.

2 commentaires:

  1. J'aurais adoré le voir ! Je trouve ça vraiment dommage qu'il n'y ai qu'une seule séance .. J'ai plus qu'à essayer de le trouver sur internet ^^
    en tout cas ton article est très sympa !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh et bien merci, j'essaie un peu de changer la trame du blog donc du coup, voilà et puis j'adores Nirvana. Ps. j'veux pas te faire rager, mais c'était incroyable au cinéma :3

      Supprimer

Papote !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...