lundi 23 septembre 2013

Le cas benefit/URBAN DECAY

Hey mes louloutes, vous allez bien ? Bon, je sais, vous voulez me taper sur les doigts et je suis tout à fait d'accord sur ce point parce que oui, ça fait un moment que je n'ai pas posté. Entre le déménagement, la reprise des cours, le retard que j'avais pris sur les vidéos et les articles de mes consoeurs et confrères, je n'ai pas eu de temps pour vous, mais je vous reviens avec l'avant-dernier cas de cette session.


La dernière fois, on parlait L'Oréal et Gemey et cette fois, on prends le temps de discuter de marques qui se ressemblent aussi bien que ces deux autres ancêtres de la beauté et qui savent se renouveller énormément. Qu'est-ce qui les différencie ? Qu'est-ce qui fait que benefit est différente de URBAN DECAY ? Qu'UD est contraire à benefit ?! On va voir ça tout de suite avec l'histoire des deux marques.


benefit est née de l'amour pour les cosmétiques de deux jumelles en 1976. Née dans l'Indiana dont on imagine déjà leurs carrières de fermières au sein d'un ranch, il en sera autrement. Les jeunes soeurs décident que leurs carrières se fera sous le feux des projecteurs en devenant mannequin et par la suite maquilleuse. C'est d'ailleurs ce dernier point qui changera tout pour elles et leur donnera envie à toutes deux de créer leur propre entreprise. Elles déménagent donc à San Francisco et ouvrent une petite boutique au nom de The Face Place dont les premiers produits à passer la porte seront les "fake-its" qui apportent une solution immédiate aux problèmes de beauté. Le succès n'a pas de période creuse et cela fait 30 ans que cela dur. La marque s'implante dans plus de 35 pays et chaque produit de la firme possède une histoire bien à elle (ex : le Benetint est née de l'idée de rendre les têtons des stripteaseuses plus "rosies". Produit qui sera, par la suite, déclinée pour nos joues et lèvres). En 2008, ce sont les filles de Jean qui rejoignent l'entreprise "familiale" et qui tiendront l'adage des deux soeurs créatrices : "L'humour est le meilleur des cosmétiques alors souriez !"


La marque possède une expérience importante suite à sa création dans les années 70's et possède aussi ce côté fun de ces années si délirantes et même aujourd'hui, l'univers n'a pas changé. Tout en s'adaptant aux goûts des consommatrices et en créant des produits de bonne qualité et à l'innovation pointu, elle a su garder son âme d'enfant avec ses couleurs, cette fantaisie, ce fun qui l'a caractérise. Tous les produits que la marque propose ont une histoire et incarne un personnage et c'est sûrement ce qui incite la consommatrice à essayer benefit et à l'adopter. Avec des produits comme le Stay Flawless, la marque propose également des galèniques différentes et un produit très astucieux. Je pourrai durer des heures sur le sujet tellement la marque me correspond, mais ceci reste en soi un comparatif donc on passe à la suite...

 URBAN DECAY née quant à elle en 1996 sous l'impulsion d'une jeune femme audacieuse, Sandy Lerner. Ne trouvant absolument pas les teintes de violet qu'elle désire dans le milieu cosmétique et constatant que le rose est bien plus "à la mode" avec plus de 500 nuances différentes, elle décide que ce sera elle qui créera ses propres teintes et ses propres vernis. Avec ses collaborateurs, David Soward et Zomnir Wende, elle décide de créer Urban Decay (déliquences urbaines) afin de riposter pacifiquement contre cette lubie des grandes marques de créer des couleurs trop "pâles". Et pour donner un pied de nez de plus dans cette industrie, la première campagne publicitaire portera comme symbole une phrase qui représente l'essence de la marque, "le rose vous fait-il vomir ?". C'est ainsi que naissent des teintes verte, violette et rouille dans l'esprit des paysages américains. En 1998, la marque lance son premier e-shop et peu après, en 2000, la marque se voit racheter par le groupe LVMH. Elle sera ainsi revendue deux fois avec pour troisième acquéreur depuis fin 2012, le groupe L'Oréal.


Après avoir écrit cette histoire, j'avoue que je ressent comme une gène dont je vous expliquerai la raison en fin de paragraphe. Pour en revenir à la collection Automne, elle correspond parfaitement à l'histoire de la marque : rebelle, femme fatale, sensualité et surtout originalité. La marque URBAN DECAY offre une telle gamme de possibilité et surtout des produits cultes comme ses palettes Naked par exemple ou encore sa Primer Potion, rien que ça. Elle a obtenu une notoriété ces dernières années notamment grâce à l'avènement des réseaux sociaux et des blogueuses beautés qui ne tarissent que d'éloges sur la marque. Vegan dans sa fabrication (même si j'ai désormais un doute vu qu'elle appartient au groupe L'Oréal), très diverse dans ses projets comme des collaborations pour le film "Le Magicien d'Oz" par exemple, la marque surprends par son non-respect des codes et par son acceptation totale d'enchaînement à la société consummériste et c'est ça qui me gène justement. Une marque qui vends "son âme" à des groupes dont on sait qu'ils ne respectent pas l'histoire ou même la "devise" de la marque. Je ne juge aucunement le groupe L'Oréal et d'ailleurs en réfléchissant, je ne juge pas non plus UD, c'est une manière de se faire connaître et surtout, si la marque n'était pas si connu, je n'en parlerai pas autant.


Pourquoi ce côté si similaire ?

Parce que les deux marques possèdent un caractère très affirmées. Elles possèdent des convictions qui se rapprochent beaucoup : changer l'image de la cosmétique et innover, même si les deux sont très sensiblement ange et démon. Elles possèdent également une originalité de création impressionnante, sont proposées toutes deux dans les mêmes corners de vente (Sephora) et sont parfois mise côte à côte. Elles ont acquit une identité propre et un savoir-faire unique avec le temps aussi bien dans le domaine de la communication que dans celle de l'innovation.

Pour terminer cet article, rien de mieux que de définir chacune des marques grâce à une phrase...


benefit : 

Marque créé par deux jumelles adeptes de beauté et d'élégance. Elles ont misées sur l'originalité, l'humour et la décadence pour leurs marques et le côté girly et innovant est leur spécialité.


URBAN DECAY :

Marque créé par une femme qui avait besoin de changement et de "moins de rose". Délinquences urbaines à la française offre une palette de produits tous plus originaux les uns que les autres avec un esprit un peu sombre, créatif et innovant qui joue avec les codes américains populaires.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Papote !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...